top of page
  • Photo du rédacteurMarie-Line Musset

Plaisirs coupables... 🍴🍴🍴

Rentrée littéraire - Dès que sa bouche fut pleine – Juliette Oury – Flammarion – 2023

Premier roman ♡



Dès que sa bouche fut pleine, elle sut qu'elle n'oublierait jamais le goût, le plaisir, la puissance de cet instant, et que jamais, même si l'occasion se présentait un jour, même si quelqu'un était d'accord pour l'écouter, elle ne trouverait les mots pour en parler.


Juliette Oury a trouvé les mots !


Le propos de ce roman (dystopique ? ) est audacieux et brillant. L'auteure, nous entraîne dans un univers troublant dans lequel on baise à tout va, pour entretenir la mécanique. Toutes ces orgies sont toutefois sans saveur à l'image des barres nutritives dont la population se satisfait sans beaucoup de résistance. L'héroïne, Laetitia est en couple. Elle sent parfois l'ennui du désamour pointer le bout de son nez et est saisie de fringales incontrôlables.

Et, c'est bien là, au cœur de ces pulsions gourmandes que se niche le subversif. Nous accompagnons Laetitia dans sa découverte des bas-fonds culinaires, là où elle fera des rencontres inavouables. Parviendra-t-elle à se libérer de Bertrand et atteindre le Graal de l'orgasme gustatif ?


L'inversion des codes sexe/nourriture permet d'explorer avec finesse l'emprise, le consentement, la culpabilité, la violence dans les rapports de couple. Désir et plaisirs gastronomiques s'imbriquent avec intelligence et humour. Le style est aiguisé comme un bon couteau à désosser, l'écriture est riche, sensuelle et met en appétit.

Mention spéciale pour la couverture vitaminée, une Vénus de Botticelli revisitée, comme un clin d'oeil au générique des Desperate Housewives qui s'ennuyaient bien ferme aussi dans leur prison dorée. Cette fois la pomme est d'amour...

Alors, une petite gâterie...


Extrait :

L'aubergine était oblongue et belle, gonflée, luisante. Sa peau était très sombre, presque noire, mais tellement lisse que la lumière des néons y laissait de larges empreintes blanches. A sa base, la peau se décolorait à peine, puis s'étendait en une tache verte et rêche. Sa tête était coiffée d'une cuticule vert tendre qui formait, vue d'en haut, un téton étoilé. La dépouille de la tige dessinait au centre un court bouton. Elle dégageait une odeur presque indécelable de fraîcheur, et d'acidité, herbacée comme une fleur coupée. Pour la sentir, il fallait poser le nez et la bouche tout contre le légume. Son contact, froid et lisse, rappela à Laetitia celui du latex. Même gorgée de soleil, l'aubergine était un légume de la nuit.


Tags



Passerelle gourmande ❤︎

Impossible de ne pas évoquer une toute autre recette de la ratatouille.

Moins de sensualité, mais indéniablement un souvenir gustatif inoubliable.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page