top of page
  • Photo du rédacteurMarie-Line Musset

Ottavia face à son destin... 🍴🍴🍴

Julia Kerninon – Sauvage – L'iconoclaste - 2023


Depuis l'enfance, habitée par sa passion pour la gastronomie, Ottavia Selvaggio suit son chemin avec détermination. Son père tient un restaurant réputé qui a nourri son rêve de faire de la grande cuisine. Avec Cassio, l'apprenti de son père, elle va s'initier à la création culinaire et à l'amour. Plus tard, elle tombe amoureuse de Bensch, avec qui elle se marie et a trois enfants. Chaque étape de sa vie remet en question ses fondamentaux : est-elle au bon endroit ? Ses choix ont-ils été judicieux ? Ottavia garde en elle une sauvagerie héritée de sa mère rebelle et indépendante, pourra-t-elle maîtriser son destin ?

J'admire le travail de Julia Kerninon, son acuité, son talent à explorer la complexité, les émotions de ses personnages. L'éditeur L'iconoclaste parle de thriller intime, en effet l'universalité du propos ne permet pas de refermer l'ouvrage qui se lit d'une traite.


Dans ce roman au fil narratif tendu, on retrouve les sujets de prédilection de Julia Kerninon, les aspirations, la maternité, les impossibles renoncements. Ce livre explore avec brio, les interrogations profondes des femmes, sans jugement, avec délicatesse et sensualité. On s'accroche aux (faux) pas de l’héroïne magnifiquement incarnée, on la suit avec indulgence, incompréhension parfois et l'on partage sa quête d'absolu. Un texte juste qui décortique méticuleusement nos égarements.

L'écriture terriblement vivante ne laisse pas de répit mais une empreinte indélébile.

Une certitude : avant la résignation, lisez Julia Kerninon !


Extrait :

Hiérarchiquement et dans les faits, Cassio était au-dessus de moi. De la journée je ne le quittais pas des yeux, je buvais ses paroles, je suivais ses gestes patiemment. Jour après jour, concentrée, debout à côté de lui devant le piano de cuisson, je lui demandais silencieusement Apprends-moi.

Il était naturellement doué, il inventait une cuisine d'aventurier à côté de laquelle je ressemblais à une petite souris, une abeille laborieuse. Ses plats montraient les dents, les miens se roulaient dans le foin en murmurant. Mes plats pépiaient, les siens feulaient. Les miens avaient des pelages de loutre joyeuse, des plumes cafardeuses, les siens l'épaisseur grasse d'un mouton oublié à la tonte, la fourrure des grands fauves, quelque chose d'âcre et d'audacieux, alors que ma cuisine ronronnait, chat devant la flambée.



Tags


Passerelle gourmande ❤︎

Pour une petite mise en bouche à l'italienne, les épisodes de l'émission "On va déguster" de François-Régis Gaudry sur Radio France

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page